balise titre OVI bonhomme OVI
logo mobile balise titre OVI


Mélanie Matthes

Mélanie Matthes

Mélanie

6, chemin Bord d'Aire
1213 Onex

Tél : 022 793 66 58     079 393 46 45
Email : melanie.matthes@bluewin.ch



Bougies artisanales

Bougies artisanales



3 bougies
bougie blanche
bougie blanche

Mélanie est l'une de nos jeunes exposantes. Elle attendait avec impatience l'année de ses 15 ans pour avoir le droit de nous montrer ses bougies ! Mélanie a essayé beaucoup de techniques différentes : elle colore, elle parfume, elle sculpte ... et elle décore avec enthousiasme !
Le latin candela désigne une bougie : il a donné en français la chandelle qui s'est effacée devant la bougie, d'origine algérienne. Bougie est en effet le nom d'une ville de Kabylie (Algérie), en arabe Bejaïa, qui fournissait au Moyen Âge de la cire pour fabriquer des chandelles.

La chandelle de suif, la bougie de cire d'abeilles, le flambeau de résine paraissent avoir été connus dès l'Antiquité. Il s'agit d'une mèche placée au centre d'une baguette formée d'un combustible solide à la température ordinaire.
3 bougies
On formait la chandelle en trempant à de multiples reprises la mèche dans un bain de suif fondu. Vers 1600, un Français, Le Brez, inventa la technique du moulage qui en facilita la fabrication. La chandelle a plusieurs inconvénients : elle répand de la fumée ainsi qu'une odeur désagréable, sa lumière est rougeâtre, enfin on doit la "moucher".

Un progrès décisif fut accompli avec la bougie stéarique (brevet Chevreul et Gay-Lussac, 1924), formée d'acide stéarique obtenu en saponifiant les corps gras par une base. Jules de Cambacérès, qui tenta le premier d'industrialiser le procédé, introduisant en même temps la mèche tressée dans une dissolution fable d'acide borique. Grâce au tressage, la mèche se recourbe dans la flamme et va se consumer au contact de l'air ; les cendres forment avec l'acide borique un verre fusible, de sorte que la bougie se mouche d'elle-même. Mais c'est de Milly qui créa cette industrie avec succès. La paraffine est aujourd'hui le principal élément qui entre dans la composition des bougies. On la tire maintenant du pétrole.